Voyage voyage

Vous êtes ici : Accueil du site > juin 10

Articles

  • Des palétutu, des palétuviers - Juin 2010

    Sur l’île de Koh Chang en Thailande, naviguer au milieu d’un enchevêtrement de racines, c’est magique.
  • Trafic à Phnom Penh - Juin 2010

    La petite moto de 100 ccm3 est reine dans les rues de la capitale. Heureusement que la vitesse moyenne du flot de véhicules ne dépasse que rarement les 30 km/h ce qui limite considérablement le risque d’accident vu le peu de respect du code de la route. Ainsi, notre chauffeur de moto s’est-il allégrement engagé à contre-sens sur une voie à trois pistes. Curieusement, nous n’avons pas entendu trop de coups de klaxon et nous avons eu plus de peur que de mal. ça passe toujours même si on se demande (...)
  • Des cochons sur la plage - Juin 2010

    Au sens propre, si l’on peut dire ainsi dans cette situation.
  • Comme chien et chat - Juin 2010

    Sans commentaire !
  • Rabbit Island - Juin 2010

    En face de la petite bourgade de Kep se trouvent plusieurs magnifiques petites îles. Nous avons passé plusieurs jours sur la plus grande d’entre elles. Immédiatement séduits par le caractère "île déserte", nous y sommes restés plusieurs jours. Bien sûr, elle n’était pas tout à fait déserte cette île. Il y avait bien quelques bungalows mais il n’y avait qu’une poignées de touristes.
  • Kep Lodge - Juin 2010

    Tenue par un Suisse, cette guesthouse a tout pour séduire : piscine, jolis bungalows, taille réduite de l’établissement, bonne musique, des röstis et même de la raclette et fondue, mais y faisait trop chaud pour y goûter. Bref nous fûmes séduits.
  • Tree Top Bungalows à Kep - Juin 2010

    Hébergement rustique avec vue magnifique sur la baie de Kep au sud du Cambodge. Tranquilité assurée.
  • S 21 - Juin 2010

    Ce nom de code désignait Tuol Sleng, la prison la plus sordide du régime des khmers rouges. Elle se trouve en plein cœur de Phnom Penh dans les locaux d’une ancienne école secondaire. Environ 15’000 prisonniers y ont été torturés de 1975 à 1979.
    En parcourant les locaux l’estomac noué, on découvre parmis les photos portraits des victimes une grande quatité de portraits d’adolescents. Difficile de soutenir tous ces regrards. La seule note réconfortante dans toute cette horreur, c’est de savoir (...)
  • Chup, l’usine de caoutchouc - Juin 2010

    La sève de l’hévéa est transformée en caoutchouc dans l’une des 5 usines de la région de Kompong Cham au Cambodge.
    Nous entrons dans l’usine munis de badges autour du cou. Pas d’explication, pas de guide, l’activité est réduite. La sève blanche s’écoule des camions dans de gigantesques moules pour se solidifier.
    En attendant, les ouvriers sont inactifs. Nous essayons de savoir pourquoi. Ils rigolent avec nous. La rigolote de l’équipe saute à l’eau pour nous offrir quelque chose à voir.
    Dans un (...)
  • Disco sur le quai - Juin 2010

    Kompong Cham, ville de contrastes. Alors que 20 mètres en contrebas des gens vivent comme au temps des lacustres, la nuit venue, sur le large trottoir hérité des colonies, les quais se réveillent au siècle présent.
    Les citadins, toutes générations et sexe confondus, viennent danser pendant quelques heures.
    Ici comme au Laos, les danses sont dirigées, pas de solos, chacun doit s’aligner ! Serais-ce les séquelles du communisme ?
    Les danseurs sont alignés comme des soldats, les chorégraphes, du haut (...)
  • Les sourires cambodgiens - Juin 2010

    Sur l’autre rive, pratiquement en face de notre hôtel le "Mékong", se trouve un petit village perdu au milieu des méandres du fleuve. _Actuellement encore sur une île, le village ne sera bientôt plus que des maisons plantées dans l’eau au milieu de nulle part. Heureusement pour les vaches, elles, seront transportées par bateau sur la rive d’en face en attendant la décrue.
    C’est grâce à Frank et son embarquation, qu’avec 4 autres touristes, nous débarquons sur cette île avec ses habitants (...)
  • Village flottant de Kompong Cham - Juin 2010

    A Bord du bateau de Frank, l’ami breton du "Lazy Mékong Daze" nous navigons pour une île située de l’autre côté du Mékong. En trajet nous découvrons la vie des villages flottants. Si en ce mois de juin, il se situe à 20 mètres en contrebas des quais, d’ici le mois prochain il sera monté de 10 mètres.
    Les huttes construites sur des troncs de bambou s’adaptent au niveau d’eau du Mékong. Elles restent amarrées au bord et semblent vivre à l’ère des lacustres assez misérablement à part la télé et les (...)
  • Le pont de bambou - Juin 2010

    Avant, Kompong Cham était un port très actif, mais depuis que le pont de la N7 franchit le Mékong, c’est par la route qu’on accède à cette ancienne ville coloniale. Si le pont de béton évite les détours, c’est le pont de bambou qui mérite le détour. Construit exclusivement de bambou, il supporte néanmoins le poids des voitures. Chaque année il doit être reconstruit après la saison des pluies. C’est à vélo que nous l’avons traversé ; quelle drôle de sensation : bruyant et mou, c’est comme si on roulait sur (...)
  • Lac Tonlé Sap - Juin 2010

    Avant de quitter Siem Reap, nous prenons un tuk-tuk pour visiter le village flottant de Chong Khnea, dérivant au fil de l’eau sur le lac Tonlé Sap.
    Sur le trajet nous traversons un village sur pilotis, difficile d’imaginer que d’ici un mois tout sera innondé et que les habitants se déplaceront en pirogue. Le lac de Tonlé Sap, protégé par l’UNESCO, est le plus grand de l’Asie de sud-est, il est la mère nourrissière du Cambodge, un des endroits où il y a le plus de poissons au monde. A la saison des (...)
  • Youpie Ya - Juin 2010

    Les orphelins de Preah atith chantent youpie ya.
  • L’orphelinat Preah Atit - Juin 2010

    A Siem Reap, au Cambodge, ce ne sont pas les 270 temples de la mystique cité d’ Angkor qui nous ont donné le plus d’émotions fortes :
    Nous avons fait 3 jours de volontariat dans un orphelinat, où vivent une cinquantaine d’enfants de 3 à 20 ans ainsi que les anciens enfants de plus de 25 ans qui n’ont visiblement pas trouvé de meilleur lieux ou vivre.
    L’ endroit est pourtant miséreux d’autant plus qu’ il y avait un monstre orage quand on y est arrivé pour la première fois, on a été choqué de voir (...)